Choisir son chauffage de chantier

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

A gaz, au fuel ou électrique, le chauffage de chantier est un équipement indispensable au bricoleur. Pour sécher les murs, se réchauffer ou améliorer le confort de travail dans un local en régulant la température, vous pouvez avoir besoin d’un radiateur de chantier spécifique. Voici quelques conseils pour vous aider à choisir le chauffage de chantier qui vous convient.

Les différents types de chauffage de chantier

Il existe deux grands types de chauffage de chantier dont :

  • Le générateur d’air chaud

Plus connu sous le nom de canon à air chaud, chauffage soufflant de chantier ou encore canon à chaleur, le générateur d’air chaud est un chauffage de chantier peut être à gaz, au fioul ou électrique. Il souffle de l’air chauffé par le biais d’un ventilateur qui, pour fonctionner, a toujours besoin d’électricité quelle que soit l’énergie utilisée. Ce type de chauffage de chantier est à privilégier pour assurer un chauffage très rapide. Il peut être mobile ou fixe, de forme cylindrique et doté de plusieurs vitesses de chauffe. Grâce à un thermostat, le générateur d’air chaud offre une chaleur constante à l’utilisation. Certains modèles plus récents embarquent même une commande à distance pour un confort d’utilisation optimal.

  • Le chauffage de chantier radiant

On parle surtout de radiateur de chantier pour chauffer des locaux de superficie moyenne. Ce type de chauffage s’utilise essentiellement en intérieur. Il peut être à gaz et se fixe directement sur une bouteille de butane (ou de propane). Mais il peut également être électrique. Dans les deux cas, le chauffage de chantier radiant est généralement interdit en milieu public. Il est surtout recommandé en milieu professionnel pour chauffer rapidement et directement les personnes et les masses, sans faire trop de bruit et sans brasser l’air

Électrique, à gaz ou à fuel : que choisir ?

  • Le chauffage de chantier à gaz

Le chauffage de chantier à gaz peut être à air pulsé ou à gaz radiant

A air pulsé, ce type de chauffage possède une puissance calorifique élevée qu’il convient de dimensionner avec le volume à chauffer. C’est le chauffage idéal à utiliser dans un milieu particulièrement ventilé et pour sécher rapidement des locaux. Par contre, le chauffage à gaz à air pulsé est interdit dans les endroits où l’on reçoit du public. Il requiert une bouteille de gaz butane ou propane et de l’électricité pour fonctionner. 

Le chauffage de chantier à gaz radiant est quant à lui moins encombrant. Il se branche directement sur une bouteille de gaz de 13 kg (ou 35kg) et offre une puissance estimée à 4 kW. 

Dans les deux cas, le chauffage à gaz est avantageux car autonome et entièrement mobile. Il se déplace facilement d’un endroit à un autre et est facile à installer. Il suffit de trouver un endroit où ranger la bouteille de gaz. 

  • Le chauffage de chantier au fuel

Plus puissant et accessoirement plus lourd et plus imposant, le chauffage de chantier au fuel peut être à combustion directe ou à combustion indirecte.

Les modèles à combustion directe sont interdits dans les établissements publics et les locaux qui reçoivent des animaux. Ils permettent de chauffer de grands espaces aérés et offrent une évacuation facile des gaz de combustion grâce à une cheminée. Le chauffage de chantier au fuel à combustion directe offre une puissance de 20 à plus de 100 kW, entièrement réglable via un thermostat. Certains modèles plus complexes peuvent être reliés à une cuve de fuel indépendante pour chauffer des locaux de stockage, des serres ou encore des chantiers ouverts. Par contre, la plupart sont peu recommandés pour assécher des chantiers car la combustion produit de l’humidité. 

Le chauffage de chantier au fuel à combustion directe est indiqué pour chauffer des locaux dédiés à recevoir du public (entrepôt, usine, chapiteaux). Il permet de réchauffer des espaces peu aérés. Bon nombre choisissent ce modèle car il est à la fois silencieux et peut parfaitement être placé à l’extérieur de la pièce à chauffer. C’est le chauffage de chantier idéal pour sécher un chantier ou pour réaliser une opération de dégel

  • Le chauffage de chantier électrique

De forme généralement cylindrique, le chauffage de chantier électrique est plus facile à manier. Il propulse de l’air chauffé grâce à une résistance de puissance entièrement réglable en fonction du volume de la pièce à chauffer. Ce type de chauffage offre une puissance de 1,5 à plus de 9 kW. Il peut être réglé par thermostat et dispose même d’un thermostat anti-surchauffe pour une variation constante du débit d’air. Plus autonome que ses compères à gaz et à fuel, le chauffage de chantier électrique requiert toutefois un courant triphasé de 380 V et de l’électricité pour fonctionner. Il peut aussi être lourd et imposant (entre 5 à 20 kg).

Bien choisir son chauffage de chantier

Quelques critères importants sont à prendre en compte pour choisir un chauffage de chantier adapté à vos besoins :

  • La puissance calorifique du chauffage

Exprimée en Kcal, la puissance calorifique d’un chauffage de chantier doit être adaptée aux températures et aux volumes à chauffer.

  • Vos besoins réels

Avant d’acheter un chauffage de chantier, il convient d’abord de définir vos besoins réels en termes de chauffage. Vous ne choisirez pas en effet le même type de chauffage pour sécher une pièce, réchauffer un local public ou encore relever la température d’un local professionnel.

  • Les accessoires

Mieux vaut choisir, à caractéristiques et puissance de chauffe identiques, un modèle de chauffage de chantier léger offrant des options intéressantes comme une horloge ou une minuterie

  • Le confort d’utilisation

Les modèles de chauffage de chantier à fuel et à gaz sont généralement autonomes ; sauf les modèles qui disposent d’une soufflerie et qui fonctionne à air pulsé. Ces modèles sont plus avantageux car ils ne requièrent pas de raccordement électrique pour fonctionner. Ils se déplacent facilement d’un chantier à un autre.